BIBLIOGRAPHIE


Retrouvez tous les mois dans cette rubrique un extrait tiré d'un nouveau livre spirite 


L'ouvrage du mois de Juillet  :

        Les invitations de la Vie

          de Divaldo Franco

Nos enfants sont des esprits


Thèmes abordés:     

Enseignement, Prière

Langue:    Français
Date de parution:    06/2016
Format:    11x18
Broché:   143 pages

Commander cet ouvrage


 

 

Extrait :

Où que tu sois, quoi que tu fasses, tu te trouveras face aux continuelles invitations de la vie. Certaines touchent aux fondements de l'esprit idéaliste, qui incite à l'élévation ; d'autres crient au plus profond de l'être tourmenté, l'invitant à un pénible plongeon dans la souffrance passagère.

Les avancées technologiques te procurent rapidement des quantités d'informations. Cette surabondance médiatique t'oppresse, affaiblissant les forces de ton idéal, tout en élargissant les horizons vers de sublimes pensées dont la grandeur transcende ta capacité à apprendre.

L'oraison du désespoir attire ton attention. Le tumulte des passions sexuelles attise ta curiosité. Le cri de la révolte te force à analyser les situations. Les produits du plaisir excitent tes sens. La folie généralisée t'invite à l'hallucination marginale. La peur se transforme en angoisses injustifiables.

Actuellement, la Terre passe d'un monde d'expiation à un monde de régénération, conformément aux propos de la spiritualité supérieure recueillis par Allan Kardec. En même temps, la paix a besoin de ta coopération.

 

Invitation à la faiblesse

Ceux qui sont incapables d'en faire preuve la considèrent comme une faiblesse.

Les pessimistes qui se complaisent dans leur orgueil blessé et se refusent à lutter la détestent, car ils ne peuvent en éprouver. Les perdants la sous-estiment pour mieux la dénigrer. Les faibles, faussement remplis de force, en altèrent le sens, la détournant de sa suprême réalité.

Nombreux sont ceux qui n'ont pas eu le privilège de la vivre car ils n'ont su poursuivre l'effort. Cependant, elle brille d'éclats et continue.

Supporte dans la fatigue, réchauffe dans la douleur, encourage dans les succès, remonte dans la chute… Béni la douleur qui corrige, la difficulté qui enseigne, gratifie la solennité qui porte à la réflexion, soutient le travail qui discipline. Elle est reconnue de tous, même par ceux que l'on dit mauvais, car elle enseigne, souvent inconsciemment, la valeur des bons et l'excellence du bien.

Elle en arrive même à adoucir l'amertume, apaise toutes blessures ouvertes et des plus repoussantes parfois.

Elle peut être identifiée par sa douceur, subtile et appréciable qui offre la plénitude, alors que tout œuvre contre la paix dont elle se fait l'instrument.

Protection des vrais héros, elle a été jusqu'à présent la couronne des martyrs, le signe des saints et la caractéristique des sages.

Avec elle, l'homme atteint la grandeur intérieure et face à la majesté de la création en tant que membre actif de la vie à laquelle il appartient, il s'élève et avec lui élève l'humanité tout entière. La conquérir, malgré les combats épuisants, c'est conquérir la paix.

Dans le dialogue entre Jésus et Pilate, elle était présente au travers du silence de l'ami divin et absente chez le serviteur abusé de César.

Son nom est humilité.

 

Invitation à la patience

Une ancienne légende nordique raconte que quelqu'un demanda un jour à un sage comment il expliquerait l'éternité du temps et de l'espace.

Le missionnaire médita, et montrant une énorme montagne de granit qui défiait les hauteurs, il répondit simplement : "Supposons un petit oiseau se proposant de dégager cette roche imposante, frappant le bec contre la falaise incessamment. Lorsque tout aura été détruit, l'éternité alors ne fera que commencer…"

La patience est le facteur qui représente, le plus efficacement, l'éternité de l'homme qui se propose à l'accomplissement d'une tâche. Facile est l'enthousiasme du premier instant, commun est le désenchantement de la troisième heure.

La patiente est la mesure méthodique et efficace qui enseigne ou produit au moment exact, la tâche exacte.

Face à ce que nous devons faire, il n'est pas rare que nous agissions avec précipitation. Face aux tâches accumulées et aux problèmes, nous devons réfléchir longuement et étudier avec une attention particulière la situation avant d'adopter une attitude empressée.

Précipitation veut dire manque d'harmonie, perturbation avec de graves conséquences dans le temps. La patience signifie confiance en soi.

La pyramide a été élevée bloc par bloc. Les constructions grandioses sont le résultat d'un montage pièce par pièce. Les gigantesques séquoias se sont développés cellule après cellule.

Ce que tu n'obtiens pas aujourd'hui avec persévérance, dignité et patience, tu l'obtiendras demain.

Patience ne veut pas dire relâchement, mais dynamisme efficace et noblesse de produire face à nos devoirs ce qu'il nous revient de réaliser.

Face à celui qui nous sous-estime : patience.

Face au rebelle qui nous tourmente : patience.

Le temps est un maître efficace qui nous enseigne, le moment venu, la leçon exactement composée de ce dont chacun de nous a besoin pour son plus grand bien.

Jésus, tout en accompagnant et en inspirant le progrès à la Terre, attend patiemment que tout homme retourne à lui, pour que, chargé de notre bonheur, il puisse nous diriger vers le chemin qui mène à Dieu.

En toutes circonstances, donc, paix et patience pour l'aboutissement de l'entreprise engagée.